25/10/2016

L'Europe, gardienne de la paix ?

Entête.pngDe tout temps, la question de la paix a accompagné le discours sur la construction européenne. Mais est-ce vraiment le cas ? Car si le discours est louable, l'Europe ne s'approprie-t-elle pas les méritent d'autres circonstances ? Et si l'Europe n'a pas été créée par et pour la paix, quel en est l'origine ?

Lire la suite

29/10/2015

Groupes d'intérêt et politique

121110-300x225.jpgLongtemps, le directeur du Vorort, ancêtre d’Economiesuisse, a été qualifié de «huitième conseiller fédéral»; jusque durant la période d’après-guerre, il disposait d’ailleurs de son propre bureau dans les bâtiments de l’administration fédérale. En 2014, la principale organisation patronale désignait pour la première fois une femme comme directrice générale.

Monika Rühl était l’ancienne secrétaire générale du Département fédéral de l’économie sous les ordres du conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, lui-même ancien vice-président d’Economiesuisse jusqu’à son élection au Conseil fédéral en 2010. A la fin du 19e siècle, Arnold Eichmann, premier secrétaire permanent du Vorort, faisait quant à lui «le chemin inverse» en étant nommé premier directeur de la Division du commerce (ancêtre du Secrétariat d’Etat à l’économie, SECO), responsable des relations commerciales de la Suisse.

Lire la suite

15/12/2013

La montagne suisse en politique

La Suisse est un petit pays de grandes montagnes. Les faits s’imposent avec la force des évidences indiscutables, même si tout n’est pas montagne dans ce petit pays, loin de là.Ces montagnes étaient là bien avant que la Suisse existe et il a fallu faire avec elles des siècles durant. Toutefois, malgré cette évidence, là n’est pas la principale singularité de la Suisse. Après tout, de nombreux pays dans le monde sont aussi faits de montagnes, parfois plus abondantes et plus hautes encore. Ce qui frappe en Suisse, et ce qui en constitue une des spécificités, c’est surtout l’importance politique de la montagne.

Lire la suite

16/07/2013

La transparence: Etat des lieux en Suisse et dans le monde

corruption-chine-300x213.gif?16fe88Qui s’oppose aujourd’hui à la transparence dans la conduite des activités de l’Etat? Pratiquement personne tant le concept est intrinsèquement connoté positivement et sa négation presque toujours associée au secret, à l’opacité et par là à la corruption et à certaines formes d’obscurantisme.

La transparence est devenue aujourd’hui incontournable et elle est de plus en plus considérée comme un droit fondamental: celui d’être informé (obligation pour l’Etat d’informer de manière active) et celui de pouvoir s’informer (obligation pour l’Etat de rendre publique l’information dont il dispose). Plusieurs raisons justifient que l’Etat et son administration travaillent de manière transparente.

Lire la suite

10/07/2013

Quelle survie pour les éleveurs laitiers?

 

1596028.jpgFrédéric P. est songeur ce matin. Cet éleveur de Suisse romande contemple les vaches qui déambulent pour la première fois dans la nouvelle étable. Il a attendu longtemps ce moment et tout n’a pas été facile. Le troupeau avait beaucoup manqué sur le domaine pendant ces quelques années.

Mettre en commun les vaches avec l’associé, les regrouper là-bas, dans son étable, était certes une bonne décision, mais avoir sa propre ferme sans vaches à l’écurie, ce n’est pas pareil. Et puis, n’avoir plus qu’un seul troupeau entre associés, c’est tout partager, tout discuter, faire des concessions, parfois devoir s’imposer un peu. Il n’est pas toujours facile de s’entendre quand on a travaillé chacun à sa façon pendant de nombreuses années. Aucun des deux n’avait anticipé ce problème, mais les difficultés ont été surmontées finalement.

Lire la suite

23/11/2012

Le « Sonderfall » entre obsolescence et obstination

> Interview de René Schwok

14755791-switzerland--circa-1957-stamp-printed-by-switzerland-shows-who-emblem-circa-1957.jpgCette étude porte sur la politique extérieure de la Suisse depuis la fin de la Guerre froide. Sa problématique principale est une évaluation du Sonderfall helvétique. Est-il en voie d’obsolescence ou plus obstiné que jamais ?

Le « Sonderfall suisse » – de l’allemand Sonder désignant ce qui est séparé – se réfère à l’observation que la Suisse constitue un « cas particulier ». En politique extérieure comparée, cette formulation, quoique souvent floue, cherche surtout à relever la capacité de la Confédération à se tenir à l’écart des grands évènements européens : guerres, révolutions, intégration régionale, crises économiques et sociales. Elle vise aussi à souligner ses particularités comme sa neutralité, sa démocratie directe, son fédéralisme et ses spécificités économiques (particulièrement bancaires).

Lire la suite

30/11/2010

Le DFAE dans le piège des droits de l’homme

800px-UN_General_Assembly_hall.jpg« La création du Conseil des droits de l’homme est un grand succès pour notre diplomatie. Je n’ai pas peur de dire que ce nouvel organe est une “idée suisse”. Nous l’avons formulée en 2003, puis je l’ai présentée moi-même à la Commission des droits de l’homme en mars 2004. […] Au départ, c’était une utopie. Nous avons contribué à en faire une ambition. » (Le Temps, 16 mars 2006) . C’est en ces termes que s’est exprimée la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey, cheffe du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), lors de la création formelle du Conseil des droits de l’homme, le 15 mars 2006. Comme le suggère la magistrate, la diplomatie suisse n’avait pas craint de s’engager résolument dans ce processus de réforme qui a conduit au remplacement d’un organisme très critiqué de l’ONU, la Commission des droits de l’homme (« la Commission ») par le Conseil des droits de l’homme (« le Conseil »).

Lire la suite

16:39 Publié dans Politique | Tags : politique, droit, justisse | Lien permanent | Commentaires (0)