30/08/2018

Une Suisse à 10 millions d'habitants

9426261-symbole-de-population-demographie.jpgAuparavant confinée au seul cercle des spécialistes, l’évolution démographique de la Suisse est désormais le sujet fréquent des discussions publiques et politiques. Diverses raisons expliquent cet engouement pour l’étude des populations suisses: avec le franchissement du cap symbolique des huit millions d’habitants en été 2012 se pose en effet la question de la population maximale que peut supporter le pays.

 

La suisse une croissance incontrôlable ?

Le sentiment de saturation des transports publics s’accroît dans les grandes agglomérations genevoise et zurichoise, au rythme de leur rapide développement, et suscite les débats.  En outre, la raréfaction des logements disponibles à des prix abordables se ressent dans les grandes villes. Par ailleurs, l’accroissement de l’immigration observé depuis 2002 alimente aussi les discussions sur la taille de la population suisse et sur un seuil démographique maximal. L’attention restera vive aussi longtemps que la croissance se poursuivra.

te%CC%81le%CC%81chargement.jpegPour certains, cette croissance est incontrôlable et conduit à des atteintes environnementales inacceptables. Le terme de « surpopulation » est articulé et suscite des réactions fortes : l’initiative populaire Ecopop qui demande de limiter la croissance démographique a ainsi recueilli près de 120000 signatures au début de la décennie 2010 et rencontré un écho favorable dans une partie de la population. L’immigration, principal facteur de la croissance, serait trop importante, en raison des tensions qu’elle génère au niveau des infrastructures et des risques qu’elle engendre pour la cohésion sociale. Mettre un frein à la migration garantirait, selon Ecopop, une meilleure qualité de vie.

Pour d’autres, la croissance démographique et l’immigration résultent d’une situation économique florissante et ralentissent le vieillissement de la population. Elles seraient une chance, une opportunité pour une Suisse privilégiée en comparaison d’autres pays voisins, même si cette évolution implique de nombreux défis économiques, sociaux et politiques.

Ces positions divergentes reflètent l’intensité du débat sur la taille idéale de la population et sur les politiques futures. Une population en augmentation, stabilisée ou en diminution ? Si les opinions sont variées, les réponses à cette question ne sont que rarement étayées d’études et de réflexions objectives, bien que des outils scientifiques soient disponibles, non seulement pour interpréter l’évolution démographique, mais aussi pour prévoir les tendances à venir, identifier les conséquences sociétales et définir les défis à relever.

Un vieillissement modéré

te%CC%81le%CC%81chargement-1-300x139.jpegFin 2012, la structure de la population suisse en fonction de l’âge est la suivante : 20,4% des habitants étaient âgés de moins de 20 ans, 62,2% de 20 à 64 ans révolus et 17,4% de 65 ans et plus. Ainsi, trois résidents sur cinq sont en âge d’exercer une activité professionnelle. Cependant, cette part diminue régulièrement au profit des âgés du fait du vieillissement de la structure démographique qui s’observe depuis plus d’un siècle. Ainsi, en 1948, au moment de l’introduction de la rente du premier pilier (rente AVS), le pays dénombrait 6,5 personnes en âge de cotiser (de 20 à 64 ans) pour un retraité (65 ans et plus). Aujourd’hui, le rapport est de 3,6 actifs pour un retraité et il sera de 2,8 en 2030.

Cependant, le vieillissement démographique, mesuré d’après le nombre de retraités pour chaque personne en âge d’exercer une activité (rapport de dépendance), est plutôt faible en Suisse, comparé à la situation des Etats voisins. Selon les données d’Eurostat, la Suisse dénombrera 27 personnes âgées de 65 ans et plus pour 100 personnes âgées de 15 à 64 ans en 2015, soit une valeur inférieure à celle de l’UE-28 (28,5). L’Italie (33,1 retraités pour 100 actifs) et l’Allemagne (32,5) présenteront les niveaux européens les plus élevés.

Ainsi que l’indique la pyramide des âges en Suisse (figure ci-dessous), les générations en vie aujourd’hui sont de taille très variable. Les générations du baby-boom sont très étoffées, en particulier celles nées au début des années 1960, qui se situent désormais en seconde moitié de vie active. Ces cohortes ont bénéficié d’un nombre élevé de naissances, mais aussi d’un apport migratoire important. Un tiers de la génération de 1964 est ainsi né à l’étranger. A l’opposé, les cohortes d’enfants, situées à la base de la pyramide des âges, sont moins garnies.

qdIo4rpUzehGK4xKgB-nNlGwxGOP4jf6D4zBkSTWjCs=w482-h331-no

Cet article traitant de la croissance démographique Suisse n'est qu'une courte introduction au livre présenté ci-dessous, comprenant quant à lui une analyse complète du sujet.

>> Commandez dès à présent votre ouvrage

978-2-88915-085-4.pngPour en savoir plus : Cet ouvrage offre une documentation précise sur les différents phénomènes démographiques, leurs causes et leurs conséquences. En partant des évolutions passées, l’auteur analyse les principaux enjeux démographiques présents et futurs, et propose plusieurs pistes permettant de répondre aux défis de la croissance. 

 

A lire aussi : Qu'est ce qui fait la Suisse d'aujourd'hui ?

Qu'est-ce qui fait la Suisse d'aujourd'hui?

images-300x147.jpegAuparavant confinée au seul cercle des spécialistes, l’évolution démographique de la Suisse est désormais le sujet fréquent des discussions publiques et politiques. Diverses raisons expliquent cet engouement pour l’étude des populations suisses: avec le franchissement du cap symbolique des huit millions d’habitants en été 2012 se pose en effet la question de la population maximale que peut supporter le pays

1850-2010: Une démographie galopante

Un siècle et demi de croissance Suisse

te%CC%81le%CC%81chargement.jpegUne mise en perspective est nécessaire afin de mieux appréhender les spécificités de la croissance démographique suisse. A la constitution de l’Etat fédéral en 1848, la Suisse comptabilisait 2,4 millions d’habitants. Depuis, le pays a connu une évolution contrastée, avec des périodes de croissance forte et d’autres, plus rares, de relative stabilité. Seules deux périodes de courte durée ont été marquées par une diminution de la population (en 1918 et entre 1975 et 1978, figure suivante). A la fin du 19e siècle, la Suisse compte trois millions d’habitants, et il faut attendre 35 ans pour qu’elle atteigne le seuil des quatre millions (1927), puis 29 années supplémentaires pour dépasser les cinq millions (1956). Durant la seconde moitié du 20e siècle, sous l’effet de la hausse des naissances observée dans la période de l’après- guerre (le baby-boom) puis d’une forte migration, la population s’accroît à un rythme plus rapide, pour atteindre six millions d’habitants en 1968, puis sept millions en 1995. Dix-sept ans suffisent ensuite pour arriver à huit millions d’habitants en 2012.

La figure suivante présente sous la forme de barres les taux d’accroissement pour la période comprise entre 1860 et 2012. Ces taux prennent en compte la croissance naturelle (différence entre les naissances et les décès) et la croissance migratoire (différence entre les immigrants et les émigrants), représentées également sur la figure. Quatre épisodes de forte croissance (dépassant 10‰) sont identifiables.

Fig%3A12103.tiff

Le premier correspond aux années 1880 à 1910, marquées à la fois par une fécondité élevée et des flux migratoires plutôt importants: en 1910, on dénombre déjà près de 15% d’étrangers en Suisse.

Le deuxième est celui du baby-boom, et s’étend de la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’au milieu des années 1960. Il se caractérise certes par un nombre élevé de naissances, mais aussi par une immigration massive : en 1961, le solde migratoire (différence entre le nombre d’entrants et le nombre de sortants) dépasse pour l’unique fois dans l’Histoire de la Suisse le seuil des 100000 personnes.

Plus court, le troisième épisode prend place entre 1985 et 1995 et s’explique principalement par les flux migratoires, plus précisément par l’arrivée massive de réfugiés de pays marqués par des crises politiques (pays des Balkans, Turquie et Sri Lanka) ainsi que des travailleurs de l’Europe du Sud (péninsule Ibérique).

Enfin, le quatrième épisode commence au début des années 2000 et perdure encore. Il est quasi exclusivement dû à la migration de proximité, issue de l’Europe communautaire, dont les causes et les conséquences seront détaillées plus loin. En 2008, le solde migratoire atteint l’effectif de +98200, une valeur qui avoisine le record de 1961. La migration internationale a progressivement pris de l’ampleur et représente aujourd’hui le principal facteur d’évolution démographique. Depuis 1970, la natalité joue pour sa part un rôle plus modeste, quoique toujours positif, dans la croissance.

Un taux de croissance plus important que ses voisins européens

Le rythme d’accroissement actuel de la population suisse, qui augmente d’environ 80000 personnes chaque année (soit un taux de croissance supérieur à 10‰), diverge de ce qui est observé dans la plupart des pays européens. Selon les estimations pour l’année 2013, sur le Vieux Continent, seuls Chypre (15‰), la Turquie (12‰), l’Irlande (12‰) et le Luxembourg (11‰) affichent un taux supérieur à celui observé en Suisse. Les pays limitrophes présentent pour leur part une croissance beaucoup plus faible, à l’instar de la France (5‰) et de l’Italie (3‰). La population est stabilisée en Autriche, mais elle diminue en Allemagne (–2‰). La Suisse se distingue des pays voisins sur un plus long terme également. Depuis 1950, la population a augmenté de 60%, contre 20% en Allemagne et en Autriche, et 50% en France. L’expansion de la population suisse a été plus forte que celle enregistrée pour l’ensemble du monde industrialisé, bien qu’elle reste plus faible que celle mesurée aux Etats-Unis (90%).

images-1.jpegCette évolution s’inscrit dans le contexte de la transition démographique, une théorie qui explique la baisse universelle de la mortalité et de la natalité. Le décalage entre le rythme de déclin de la mortalité et de la natalité conduit à une croissance naturelle, le nombre des naissances étant supérieur à celui des décès (solde naturel positif). Depuis les années 1960 cependant, l’effet «transition» s’est estompé et l’apport naturel a progressivement diminué. Il reste cependant positif, mais plus faible (de l’ordre de 2‰ contre 5 à 10‰ jusqu’en 1965), comme on peut l’observer à la figure ci-dessus. En revanche, la migration internationale est devenue le principal facteur de l’évolution démographique.

Cette migration trouve sa source dans une conjoncture économique et une stabilité politique favorables. Elle s’explique aussi par un effet purement démographique, observable au cours des années 1960 et de la première décennie 2000. En effet, à la fin des années 1950, les générations peu nombreuses de l’avant- guerre arrivent sur le marché du travail. Comme leur effectif ne suffit pas à satisfaire la demande de main-d’œuvre, les actifs qui font défaut en Suisse sont recrutés à l’étranger. Quarante ans plus tard, ce phénomène de migration de remplacement s’observe à nouveau : les générations nées entre 1970 et 1985 étant peu étoffées, l’économie doit faire appel à des étrangers pour disposer des compétences faisant défaut en Suisse.

Les dates clés de l'évolution démographique Suisse

Le tableau suivant résume les dates-clés de l’évolution démographique de la Suisse et illustre les changements observés. La natalité connaît une forte diminution à la fin du 19e et au début du 20e siècle, pour atteindre un plancher de 62500 naissances en 1937. Cette même année, le nombre moyen d’enfants par femme passe pour la première fois sous le seuil de 2. Cependant, à la fin de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’en 1965, le baby-boom entraîne une hausse du nombre des naissances culminant à 113 000 en 1964 (2,6 enfants par femme). Par la suite, ce chiffre chute rapidement (moins de 72 000 en 1978, soit 1,5 enfant par femme). Quant à la mortalité, elle diminue régulièrement sur l’ensemble des 160 années, si l’on excepte quelques crises sanitaires dont la plus marquante est la grippe espagnole de 1918.

Cet article traitant de la démographie Suisse de ces dernières années n'est qu'une courte introduction au livre présenté ci-dessous, comprenant quant à lui une analyse complète du sujet.

> Commandez dès à présent votre ouvrage

978-2-88915-085-4.pngPour en savoir plus : Cet ouvrage offre une documentation précise sur les différents phénomènes démographiques, leurs causes et leurs conséquences. En partant des évolutions passées, l’auteur analyse les principaux enjeux démographiques présents et futurs, et propose plusieurs pistes permettant de répondre aux défis de la croissance. 

A lire aussi : Une Suisse a 10 millions d'habitants

Extrait du titre Une Suisse à 10 millions d'habitants 
De Philippe Wanner 
Publié aux Presses Polytechniques et Universitaires Romandes (PPUR)

28/08/2018

Aliens, ou sont ils ?

te%CC%81le%CC%81chargement-14-300x168.jpegLa vie extra-terrestre existe-t-elle ? si oui, à quoi pourrait-elle ressembler ? Où se cache-t-elle ? Existe-t-il des êtres conscients ? Que se passerait-il s’ils nous trouvaient ?

Lire la suite

Sur la piste des extraterrestres

sdgfd.jpegLa vie extra-terrestre existe-t-elle ? si oui, à quoi pourrait-elle ressembler ? Où se cache-t-elle ? Existe-t-il des êtres conscients ? Que se passerait-il s’ils nous trouvaient ?

Lire la suite

01/09/2017

Qu’est-ce que la Chimie ?

16276695722_de6ed440eb_b.jpgLe scientifique ne se contente pas d’être témoin de phénomènes et de les accepter comme tels ; poussé par sa curiosité intellectuelle, il se pose des questions et cherche à comprendre ce qui se cache derrière ces phénomènes.

« La chimie est la science qui étudie les substances, leurs structures, leurs propriétés et les réactions qui les transforment en d’autres substances.» - Linus Pauling (1901-1994)

Lire la suite

Planète, sauvetage en cours...

Ente%CC%82te-1.pngDans l’immensité de l’univers, notre Planète est le seul corps céleste connu à réunir l’ensemble des conditions permettant à la vie d’émerger et de se déployer. Et c’est dans une couche ténue, délicat interface entre Ciel et Terre, la biosphère, que peut prospérer cette vie unique, que se concentre l’incroyable foisonnement des formes végétales et animales – aujourd’hui bien fragilisé. Aujourd'hui, les enjeux sont immenses. L'Homme doit aujourd'hui faire face aux conséquences de ses activités sur son environnement qu'il n'avait pas prévues et préserver ce monde d'un chaos imminent.

Lire la suite

15/02/2017

Charpente métallique

Entête.png« L’évolution de la construction des charpentes métalliques fut étroitement liée à l’extension des villes. Il est notoire que pendant cette première moitié de XXe siècle, la population afflua de plus en plus vers la ville. Mais plus celle-ci s’étendait, plus les quartiers des affaires avaient tendance à se rassembler au centre de la ville, ce qui obligea, vu le prix élevé du terrain, à construire en hauteur. D’autre part, on s’efforça de réunir dans le même bâtiment les bureaux et les magasins. Pour remplir cette condition, il fallut utiliser au mieux l’espace disponible, c’est-à-dire non seulement construire en hauteur, mais également diminuer le plus possible l’épaisseur des murs, parois, plafonds et piliers. Ces nouveaux problèmes ont été résolus par le bâtiment à étages multiples où la construction massive est remplacée par une construction à ossature. L’acier révéla alors ses nombreux avantages à tel point que l’ossature métallique fut très appréciée pour la construction de grands bâtiments commerciaux. » - Brochure VSB.

Lire la suite

13/02/2017

Le Contrôle Non Destructif

Traitement de surface.jpegLe Contrôle Non Destructif (CND) regroupe une grande diversité de méthodes ayant pour but de contrôler un objet sans le modifier. Le CND doit donc déterminer, avec des moyens appropriés, si un produit est conforme ou non à des spécifications ou exigences préétablies, et doit se conclure par une décision sans ambiguïté. Les besoins industriels actuels sont énormes, dans des domaines extrêmement variés : nucléaire, aéronautique, pétrochimie, automobile, ferroviaire, alimentaire, etc. Cette activité est ainsi devenue incontournable au cours des dernières années.

Lire la suite

07/12/2016

Découvrir la mécanique... quantique !

Entête.jpegLa mécanique classique est intuitive : les objets se déplacent de manière prévisible. Un joueur de baseball expérimenté est capable, d’un coup d’œil à la position et la vélocité de la balle en mouvement, de courir pour arriver juste à où il faut au bon moment afin de l’attraper. Bien sûr un coup de vent soudain peut le tromper, mais seulement parce qu’il n’aura pas pris en compte toutes les variables. Il y a une raison  évidente pourquoi la mécanique classique est intuitive : les êtres humains et les animaux avant eux ont utilisé cette capacité de manière répétée chaque jour pour survivre.

Lire la suite

22/11/2016

Notre monde ? Faîtes vos jeux...

Entête.pngDans l’immensité de l’univers, notre Planète est le seul corps céleste connu à réunir l’ensemble des conditions permettant à la vie d’émerger et de se déployer. Et c’est dans une couche ténue, délicat interface entre Ciel et Terre, la biosphère, que peut prospérer cette vie unique, que se concentre l’incroyable foisonnement des formes végétales et animales – aujourd’hui bien fragilisé. Aujourd'hui, les enjeux sont immenses. L'Homme doit aujourd'hui faire face aux conséquences de ses activités sur son environnement qu'il n'avait pas prévues et préserver ce monde d'un chaos imminent.

Lire la suite

10/11/2016

Les secrets de nos aliments

Entête.pngDurant des siècles, nos aliments ont été associés à diverses croyances et superstitions, souvent culpabilisantes, transmises de générations en générations. Et puis, la cuisine moderne est apparue, timidement d’abord, au milieu du 19e siècle, avant de se répandre dans nos foyers. La technique et le rationalisme se sont invités dans les casseroles, reléguant les croyances aux contes et légendes du passé. En investissant nos assiettes, la science a disséqué, quantifié et expliqué les phénomènes qui se cachent derrière une sauce, un fumage ou une fermentation. Le spirituel a laissé la place au moléculaire, dans lequel on ne découvrit aucune diablerie, si ce n’est celle de la nature.

Lire la suite

09/11/2016

Regard suisse : La Restauration de 1814

Le gateau des Rois, Congrès de vienne 1815.jpegLa Restauration, bien des images y sont associées. Dans son sens politique, ce terme sert surtout à désigner le retour de la dynastie des Stuart sur le trône britannique, à la fin du XVIIe siècle. Après la révolution et l'empire, le terme est utilisé pour évoquer le rétablissement des bourbons et l'époque de règne qui s'ensuit (1814-1848, ou 1830 seulement). Qu'en est-il en Suisse en 1914 ? Après des années d'occupation française, après la première chute de Napoléon, qu'en est-il de l'acte de médiation ? Peut-on parler de Restauration de la Suisse et de ses principes ?

Lire la suite

02/11/2016

Filles et Garçons égaux sur les bancs de l'école ?

Entête.jpgL'égalité entre les sexes en Suisse : une révolution inachevée ? Comme d’autres pays, la Suisse vit des transformations si profondes sur le front des relations entre les sexes que certains auteurs n’hésitent pas à parler de « révolution » aussi bien à propos de l’éducation et de la formation que de la place des femmes dans les sociétés occidentales. Mais ils mettent aussi l’accent sur son incomplétude et ses limites ! Selon que l’on observe la situation actuelle en matière d’égalité entre les sexes de manière optimiste (le verre à moitié plein) ou pessimiste (à moitié vide), on peut interpréter différemment les modifications que nos sociétés connaissent depuis la seconde partie du 21e siècle.

Lire la suite

01/11/2016

Repenser l'immigration

Réfugiés - Europe 1.jpgSi nous pouvions tout remettre en question, devrions-nous conserver des règles du jeu migratoire similaires à celles que nous connaissons aujourd’hui ? Et sans savoir à quoi ressemble notre futur lieu de vie ou la couleur de notre passeport, devrions-nous accorder une valeur plus importante à la liberté de migrer ?

Lire la suite

26/10/2016

Albrecht Dürer, géomètre de l'informe

Autoportrait aux gants - Dürer.pngC’est que d’une manière générale, dans son art et dans sa géométrie, Dürer perçoit la variation tout à la fois comme une puissance à développer et une menace à conjurer. Ainsi les lignes spiralées ne tardent-elles pas à dessiner des boucles dans lesquelles l’artiste craint de s’enchevêtrer. Si Dürer s’abstient de dessiner sa ligne serpentine, c’est que celle-ci est porteuse de probablement trop d’histoires pour un simple traité de géométrie.

Lire la suite

25/10/2016

L'Europe, gardienne de la paix ?

Entête.pngDe tout temps, la question de la paix a accompagné le discours sur la construction européenne. Mais est-ce vraiment le cas ? Car si le discours est louable, l'Europe ne s'approprie-t-elle pas les méritent d'autres circonstances ? Et si l'Europe n'a pas été créée par et pour la paix, quel en est l'origine ?

Lire la suite

19/10/2016

Pop Art, L'art de Tadanori Yokoo

Art 12 - Entête.pngCréateur d’affiches, de peintures, de collages et de livres, Tadanori Yokoo est un des artistes japonais contemporains les plus célèbres qui, depuis son plus jeune âge, se passionne pour la peinture. Cette passion — cette obsession — qui l’a amené, enfant, à copier religieusement ses livres d’images et, adulte, à endosser la carrière de peintre après avoir été graphiste pendant plus de 20 ans, est sûrement au cœur de son génie, de son talent à s’emparer de motifs déjà existants pour les réinvestir librement et exprimer, inlassablement, son existence dans un monde saturé de signes — graphiques et textuels — qui s’entrechoquent en permanence.

Lire la suite

18/10/2016

Pop Art. L'art du Manga.

Couverture Manga 10.pngCe que l’on caractérise aujourd’hui par le terme « manga » est en fait multiple et fluctuant. S’agit-il d’un style artistique, d’une technique narrative, d’une forme éditoriale ou d’un mode de production ? Le mot lui-même — que l’on traduira littéralement par « image pour le plaisir » — réfère d’ailleurs à des objets divers.

Lire la suite

04/10/2016

Qu'est-ce que la Chimie ?

Entête.jpgLe scientifique ne se contente pas d’être témoin de phénomènes et de les accepter comme tels ; poussé par sa curiosité intellectuelle, il se pose des questions et cherche à comprendre ce qui se cache derrière ces phénomènes.

« La chimie est la science qui étudie les substances, leurs structures, leurs propriétés et les réactions qui les transforment en d’autres substances.» - Linus Pauling (1901-1994)

Lire la suite

10/11/2013

Comment dimensionner une structure en bois?

La forêt et le bois occupent dans la société une place toujours croissante, en réponse, notamment, aux préoccupations relatives au climat, à la biodiversité et à l’énergie. Ainsi le développement constant de la construction en bois fait de ce matériau une alternative qui mérite d’être envisagée systématiquement. Fruit de cette évolution, la norme SIA 265 adopte aujourd'hui les concepts reconnus des états limites. Il s'en suit une refonte complète des paramètres qui dictaient jusqu’ici le dimensionnement.


Pour l'ingénieur profane comme pour l'étudiant, il est alors parfois mal aisé de faire son chemin dans les règles à prendre en compte, car celles-ci figurent en partie sous des articles épars. 

 

Lire la suite