30/08/2018

Une Suisse à 10 millions d'habitants

9426261-symbole-de-population-demographie.jpgAuparavant confinée au seul cercle des spécialistes, l’évolution démographique de la Suisse est désormais le sujet fréquent des discussions publiques et politiques. Diverses raisons expliquent cet engouement pour l’étude des populations suisses: avec le franchissement du cap symbolique des huit millions d’habitants en été 2012 se pose en effet la question de la population maximale que peut supporter le pays.

 

La suisse une croissance incontrôlable ?

Le sentiment de saturation des transports publics s’accroît dans les grandes agglomérations genevoise et zurichoise, au rythme de leur rapide développement, et suscite les débats.  En outre, la raréfaction des logements disponibles à des prix abordables se ressent dans les grandes villes. Par ailleurs, l’accroissement de l’immigration observé depuis 2002 alimente aussi les discussions sur la taille de la population suisse et sur un seuil démographique maximal. L’attention restera vive aussi longtemps que la croissance se poursuivra.

te%CC%81le%CC%81chargement.jpegPour certains, cette croissance est incontrôlable et conduit à des atteintes environnementales inacceptables. Le terme de « surpopulation » est articulé et suscite des réactions fortes : l’initiative populaire Ecopop qui demande de limiter la croissance démographique a ainsi recueilli près de 120000 signatures au début de la décennie 2010 et rencontré un écho favorable dans une partie de la population. L’immigration, principal facteur de la croissance, serait trop importante, en raison des tensions qu’elle génère au niveau des infrastructures et des risques qu’elle engendre pour la cohésion sociale. Mettre un frein à la migration garantirait, selon Ecopop, une meilleure qualité de vie.

Pour d’autres, la croissance démographique et l’immigration résultent d’une situation économique florissante et ralentissent le vieillissement de la population. Elles seraient une chance, une opportunité pour une Suisse privilégiée en comparaison d’autres pays voisins, même si cette évolution implique de nombreux défis économiques, sociaux et politiques.

Ces positions divergentes reflètent l’intensité du débat sur la taille idéale de la population et sur les politiques futures. Une population en augmentation, stabilisée ou en diminution ? Si les opinions sont variées, les réponses à cette question ne sont que rarement étayées d’études et de réflexions objectives, bien que des outils scientifiques soient disponibles, non seulement pour interpréter l’évolution démographique, mais aussi pour prévoir les tendances à venir, identifier les conséquences sociétales et définir les défis à relever.

Un vieillissement modéré

te%CC%81le%CC%81chargement-1-300x139.jpegFin 2012, la structure de la population suisse en fonction de l’âge est la suivante : 20,4% des habitants étaient âgés de moins de 20 ans, 62,2% de 20 à 64 ans révolus et 17,4% de 65 ans et plus. Ainsi, trois résidents sur cinq sont en âge d’exercer une activité professionnelle. Cependant, cette part diminue régulièrement au profit des âgés du fait du vieillissement de la structure démographique qui s’observe depuis plus d’un siècle. Ainsi, en 1948, au moment de l’introduction de la rente du premier pilier (rente AVS), le pays dénombrait 6,5 personnes en âge de cotiser (de 20 à 64 ans) pour un retraité (65 ans et plus). Aujourd’hui, le rapport est de 3,6 actifs pour un retraité et il sera de 2,8 en 2030.

Cependant, le vieillissement démographique, mesuré d’après le nombre de retraités pour chaque personne en âge d’exercer une activité (rapport de dépendance), est plutôt faible en Suisse, comparé à la situation des Etats voisins. Selon les données d’Eurostat, la Suisse dénombrera 27 personnes âgées de 65 ans et plus pour 100 personnes âgées de 15 à 64 ans en 2015, soit une valeur inférieure à celle de l’UE-28 (28,5). L’Italie (33,1 retraités pour 100 actifs) et l’Allemagne (32,5) présenteront les niveaux européens les plus élevés.

Ainsi que l’indique la pyramide des âges en Suisse (figure ci-dessous), les générations en vie aujourd’hui sont de taille très variable. Les générations du baby-boom sont très étoffées, en particulier celles nées au début des années 1960, qui se situent désormais en seconde moitié de vie active. Ces cohortes ont bénéficié d’un nombre élevé de naissances, mais aussi d’un apport migratoire important. Un tiers de la génération de 1964 est ainsi né à l’étranger. A l’opposé, les cohortes d’enfants, situées à la base de la pyramide des âges, sont moins garnies.

qdIo4rpUzehGK4xKgB-nNlGwxGOP4jf6D4zBkSTWjCs=w482-h331-no

Cet article traitant de la croissance démographique Suisse n'est qu'une courte introduction au livre présenté ci-dessous, comprenant quant à lui une analyse complète du sujet.

>> Commandez dès à présent votre ouvrage

978-2-88915-085-4.pngPour en savoir plus : Cet ouvrage offre une documentation précise sur les différents phénomènes démographiques, leurs causes et leurs conséquences. En partant des évolutions passées, l’auteur analyse les principaux enjeux démographiques présents et futurs, et propose plusieurs pistes permettant de répondre aux défis de la croissance. 

 

A lire aussi : Qu'est ce qui fait la Suisse d'aujourd'hui ?

Qu'est-ce qui fait la Suisse d'aujourd'hui?

images-300x147.jpegAuparavant confinée au seul cercle des spécialistes, l’évolution démographique de la Suisse est désormais le sujet fréquent des discussions publiques et politiques. Diverses raisons expliquent cet engouement pour l’étude des populations suisses: avec le franchissement du cap symbolique des huit millions d’habitants en été 2012 se pose en effet la question de la population maximale que peut supporter le pays

1850-2010: Une démographie galopante

Un siècle et demi de croissance Suisse

te%CC%81le%CC%81chargement.jpegUne mise en perspective est nécessaire afin de mieux appréhender les spécificités de la croissance démographique suisse. A la constitution de l’Etat fédéral en 1848, la Suisse comptabilisait 2,4 millions d’habitants. Depuis, le pays a connu une évolution contrastée, avec des périodes de croissance forte et d’autres, plus rares, de relative stabilité. Seules deux périodes de courte durée ont été marquées par une diminution de la population (en 1918 et entre 1975 et 1978, figure suivante). A la fin du 19e siècle, la Suisse compte trois millions d’habitants, et il faut attendre 35 ans pour qu’elle atteigne le seuil des quatre millions (1927), puis 29 années supplémentaires pour dépasser les cinq millions (1956). Durant la seconde moitié du 20e siècle, sous l’effet de la hausse des naissances observée dans la période de l’après- guerre (le baby-boom) puis d’une forte migration, la population s’accroît à un rythme plus rapide, pour atteindre six millions d’habitants en 1968, puis sept millions en 1995. Dix-sept ans suffisent ensuite pour arriver à huit millions d’habitants en 2012.

La figure suivante présente sous la forme de barres les taux d’accroissement pour la période comprise entre 1860 et 2012. Ces taux prennent en compte la croissance naturelle (différence entre les naissances et les décès) et la croissance migratoire (différence entre les immigrants et les émigrants), représentées également sur la figure. Quatre épisodes de forte croissance (dépassant 10‰) sont identifiables.

Fig%3A12103.tiff

Le premier correspond aux années 1880 à 1910, marquées à la fois par une fécondité élevée et des flux migratoires plutôt importants: en 1910, on dénombre déjà près de 15% d’étrangers en Suisse.

Le deuxième est celui du baby-boom, et s’étend de la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’au milieu des années 1960. Il se caractérise certes par un nombre élevé de naissances, mais aussi par une immigration massive : en 1961, le solde migratoire (différence entre le nombre d’entrants et le nombre de sortants) dépasse pour l’unique fois dans l’Histoire de la Suisse le seuil des 100000 personnes.

Plus court, le troisième épisode prend place entre 1985 et 1995 et s’explique principalement par les flux migratoires, plus précisément par l’arrivée massive de réfugiés de pays marqués par des crises politiques (pays des Balkans, Turquie et Sri Lanka) ainsi que des travailleurs de l’Europe du Sud (péninsule Ibérique).

Enfin, le quatrième épisode commence au début des années 2000 et perdure encore. Il est quasi exclusivement dû à la migration de proximité, issue de l’Europe communautaire, dont les causes et les conséquences seront détaillées plus loin. En 2008, le solde migratoire atteint l’effectif de +98200, une valeur qui avoisine le record de 1961. La migration internationale a progressivement pris de l’ampleur et représente aujourd’hui le principal facteur d’évolution démographique. Depuis 1970, la natalité joue pour sa part un rôle plus modeste, quoique toujours positif, dans la croissance.

Un taux de croissance plus important que ses voisins européens

Le rythme d’accroissement actuel de la population suisse, qui augmente d’environ 80000 personnes chaque année (soit un taux de croissance supérieur à 10‰), diverge de ce qui est observé dans la plupart des pays européens. Selon les estimations pour l’année 2013, sur le Vieux Continent, seuls Chypre (15‰), la Turquie (12‰), l’Irlande (12‰) et le Luxembourg (11‰) affichent un taux supérieur à celui observé en Suisse. Les pays limitrophes présentent pour leur part une croissance beaucoup plus faible, à l’instar de la France (5‰) et de l’Italie (3‰). La population est stabilisée en Autriche, mais elle diminue en Allemagne (–2‰). La Suisse se distingue des pays voisins sur un plus long terme également. Depuis 1950, la population a augmenté de 60%, contre 20% en Allemagne et en Autriche, et 50% en France. L’expansion de la population suisse a été plus forte que celle enregistrée pour l’ensemble du monde industrialisé, bien qu’elle reste plus faible que celle mesurée aux Etats-Unis (90%).

images-1.jpegCette évolution s’inscrit dans le contexte de la transition démographique, une théorie qui explique la baisse universelle de la mortalité et de la natalité. Le décalage entre le rythme de déclin de la mortalité et de la natalité conduit à une croissance naturelle, le nombre des naissances étant supérieur à celui des décès (solde naturel positif). Depuis les années 1960 cependant, l’effet «transition» s’est estompé et l’apport naturel a progressivement diminué. Il reste cependant positif, mais plus faible (de l’ordre de 2‰ contre 5 à 10‰ jusqu’en 1965), comme on peut l’observer à la figure ci-dessus. En revanche, la migration internationale est devenue le principal facteur de l’évolution démographique.

Cette migration trouve sa source dans une conjoncture économique et une stabilité politique favorables. Elle s’explique aussi par un effet purement démographique, observable au cours des années 1960 et de la première décennie 2000. En effet, à la fin des années 1950, les générations peu nombreuses de l’avant- guerre arrivent sur le marché du travail. Comme leur effectif ne suffit pas à satisfaire la demande de main-d’œuvre, les actifs qui font défaut en Suisse sont recrutés à l’étranger. Quarante ans plus tard, ce phénomène de migration de remplacement s’observe à nouveau : les générations nées entre 1970 et 1985 étant peu étoffées, l’économie doit faire appel à des étrangers pour disposer des compétences faisant défaut en Suisse.

Les dates clés de l'évolution démographique Suisse

Le tableau suivant résume les dates-clés de l’évolution démographique de la Suisse et illustre les changements observés. La natalité connaît une forte diminution à la fin du 19e et au début du 20e siècle, pour atteindre un plancher de 62500 naissances en 1937. Cette même année, le nombre moyen d’enfants par femme passe pour la première fois sous le seuil de 2. Cependant, à la fin de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’en 1965, le baby-boom entraîne une hausse du nombre des naissances culminant à 113 000 en 1964 (2,6 enfants par femme). Par la suite, ce chiffre chute rapidement (moins de 72 000 en 1978, soit 1,5 enfant par femme). Quant à la mortalité, elle diminue régulièrement sur l’ensemble des 160 années, si l’on excepte quelques crises sanitaires dont la plus marquante est la grippe espagnole de 1918.

Cet article traitant de la démographie Suisse de ces dernières années n'est qu'une courte introduction au livre présenté ci-dessous, comprenant quant à lui une analyse complète du sujet.

> Commandez dès à présent votre ouvrage

978-2-88915-085-4.pngPour en savoir plus : Cet ouvrage offre une documentation précise sur les différents phénomènes démographiques, leurs causes et leurs conséquences. En partant des évolutions passées, l’auteur analyse les principaux enjeux démographiques présents et futurs, et propose plusieurs pistes permettant de répondre aux défis de la croissance. 

A lire aussi : Une Suisse a 10 millions d'habitants

Extrait du titre Une Suisse à 10 millions d'habitants 
De Philippe Wanner 
Publié aux Presses Polytechniques et Universitaires Romandes (PPUR)

15/02/2017

Charpente métallique

Entête.png« L’évolution de la construction des charpentes métalliques fut étroitement liée à l’extension des villes. Il est notoire que pendant cette première moitié de XXe siècle, la population afflua de plus en plus vers la ville. Mais plus celle-ci s’étendait, plus les quartiers des affaires avaient tendance à se rassembler au centre de la ville, ce qui obligea, vu le prix élevé du terrain, à construire en hauteur. D’autre part, on s’efforça de réunir dans le même bâtiment les bureaux et les magasins. Pour remplir cette condition, il fallut utiliser au mieux l’espace disponible, c’est-à-dire non seulement construire en hauteur, mais également diminuer le plus possible l’épaisseur des murs, parois, plafonds et piliers. Ces nouveaux problèmes ont été résolus par le bâtiment à étages multiples où la construction massive est remplacée par une construction à ossature. L’acier révéla alors ses nombreux avantages à tel point que l’ossature métallique fut très appréciée pour la construction de grands bâtiments commerciaux. » - Brochure VSB.

Lire la suite

09/11/2016

Regard suisse : La Restauration de 1814

Le gateau des Rois, Congrès de vienne 1815.jpegLa Restauration, bien des images y sont associées. Dans son sens politique, ce terme sert surtout à désigner le retour de la dynastie des Stuart sur le trône britannique, à la fin du XVIIe siècle. Après la révolution et l'empire, le terme est utilisé pour évoquer le rétablissement des bourbons et l'époque de règne qui s'ensuit (1814-1848, ou 1830 seulement). Qu'en est-il en Suisse en 1914 ? Après des années d'occupation française, après la première chute de Napoléon, qu'en est-il de l'acte de médiation ? Peut-on parler de Restauration de la Suisse et de ses principes ?

Lire la suite

02/11/2016

Filles et Garçons égaux sur les bancs de l'école ?

Entête.jpgL'égalité entre les sexes en Suisse : une révolution inachevée ? Comme d’autres pays, la Suisse vit des transformations si profondes sur le front des relations entre les sexes que certains auteurs n’hésitent pas à parler de « révolution » aussi bien à propos de l’éducation et de la formation que de la place des femmes dans les sociétés occidentales. Mais ils mettent aussi l’accent sur son incomplétude et ses limites ! Selon que l’on observe la situation actuelle en matière d’égalité entre les sexes de manière optimiste (le verre à moitié plein) ou pessimiste (à moitié vide), on peut interpréter différemment les modifications que nos sociétés connaissent depuis la seconde partie du 21e siècle.

Lire la suite

20/06/2016

Les secrets du lac Léman

lake-geneva-825565_960_720.jpgIncroyable! Extraordinaire! Quelle aventure! Furent les mots le plus souvent prononcés par les scientifiques en sortant des sous-marins MIR 1 et MIR 2 après une plongée profonde dans le lac Léman. Et ceci, dans au moins une demi-douzaine de langues différentes. Pour la majorité de ces hommes et femmes, c’était leur premier voyage à travers une dimension et un univers aquatique qui restent mystérieux et inaccessibles. Dans certains cas, ils étaient les premiers à voir ce qu’aucun être humain n’avait jamais vu avant eux, à toucher l’intimité de ce magnifique corps d’eau. Cet été 2011 restera un moment inoubliable.

Lire la suite

19/05/2016

Les archives en Suisse

les archives en suisseLes archives sont le reflet de la société dans laquelle elles s’inscrivent. Elles en traduisent le niveau d’évolution, de transparence et de maturité, ainsi qu’également l’organisation. Quand on veut effacer la mémoire, on dissimule, on déforme ou on élimine les archives. Le cours de l’histoire est dévoyé quand on fait disparaître des documents probatoires et compromettants pour leur substituer une lecture correspondant aux besoins de l’idéologie dominante. Aujourd’hui, avec la généralisation de l’informatique et l’explosion du volume d’informations qui en résulte, les archives sont devenues des réalités virtuelles qu’il s’agit de maîtriser si l’on veut échapper au désordre et à l’amnésie.

Lire la suite

12/05/2016

Les relations Franco-Suisses

Franco-suisse2.jpgOn connaît l’importance des relations qu’entretiennent la Suisse et la France depuis des siècles. Néanmoins, il convient de garder à l’esprit que ces relations de voisinage sont tardives. Il faut, en effet, attendre le 16e siècle pour que le royaume de France possède une frontière commune avec la Suisse, entre Genève et Vaud, grâce au traité de Lyon (17 janvier 1601). C’est la fin du conflit séculaire entre la France et l’Angleterre en 1453 qui permet aux Français de « s’intéresser davantage à la frontière orientale du royaume et à plus longue échéance, d’exercer une très forte influence sur la Confédération». La cour de France devient ainsi progressivement le principal acteur de la diplomatie internationale en Suisse à l’époque moderne.

Lire la suite

28/04/2016

Le football Suisse

collection le savoir suisse,football élite,football suisse,gregory quin,histoire football suisse,internalisation du football,jerome berthoud,le savoir suisse,philippe vonnardConsidérée par certains historiens comme la « Petite Angleterre » du football pour son rôle dans la diffusion de la pratique sur le continent européen dès la fin du 19e siècle, la Suisse est sans doute l’une des nations dont la place dans l’histoire du football est la plus méconnue, y compris auprès de ses concitoyens. Ce constat est plutôt étonnant, notamment au regard du rôle occupé par ce pays dans le développement des structures du jeu. En effet, dès la fin du 19e siècle, de nombreux acteurs helvétiques, comme Hans Gamper, entrepreneur bâlois et fondateur du FC Barcelone, permettent à la pratique de progressivement s’installer sur le continent (Lanfranchi, 2002b ; Poli, 2009).

Lire la suite

La flamme Olympique

comité international olympique,jean-loup chappelet,jeux olympiques,jeux olympiques été,jeux olympiques hiver,le savoir suisse,olympiades,système olympiquePlus de 80 délégations et 5000 athlètes défilent sur la piste du stadio olimpico lors de la belle cérémonie d’ouverture, solennellement menée par le président de la République italienne dans la liesse populaire, en pleine dolce vita. Ces Jeux sont les 17e de l’ère moderne, qui débute en 1896 à Athènes et n’est interrompue que pendant les deux guerres mondiales, les olympiades de 1916, 1940 et 1944 ne pouvant être organisées. Ils héritent d’une tradition antique de plus de douze siècles. Les Jeux de Rome ont été suivis de bien d’autres tous les quatre ans, jusqu’à la 30e olympiade, la dernière en date à l’heure où le présent ouvrage est terminé: les Jeux de Londres qui ont rassemblé en 2012 plus de 200 équipes et près de 11 000 athlètes.

Lire la suite

22/04/2016

L'Histoire des Helvètes

archéologie,confédération helvétique,empire romain,gilbert kaenel,helvètes,histoire helvétique,histoire suisse,la gaulle,peuple celteLes Helvètes figurent parmi les nombreux peuples celtiques qui occupaient la plus grande partie de l’Europe tempérée à la fin de l’Age du fer, dans les derniers siècles qui précèdent notre ère et avant que Rome ne s’implante au nord des Alpes. Nous allons tenter de retracer l’histoire de ces Helvètes, à la lecture des textes de l’Antiquité dans un premier temps, puis nous concentrer sur l’étude de leur culture grâce aux données de l’archéologie en constante augmentation.

Lire la suite

25/11/2015

Concours de logements

101000-300x243.jpgComplexes et hybrides : nous pouvons caractériser par ces deux termes une grande partie des logements collectifs conçus dans le cadre de concours organisés en Suisse entre 2005 et 2015. En effet, par rapport au corpus analysé précédemment, qui couvrait la période 2000 à 2005, nous constatons une véritable évolution qui conduit à la définition de nouvelles tendances, plus élaborées et placées souvent sous le sceau de l’inédit. Cette évolution a quelque chose à voir avec le discours actuel sur la densité et le «construire la ville en ville».

Lire la suite

29/10/2015

L'évolution du commerce de détail

1211201-300x225.jpgDepuis toujours le commerce, quelle que soit sa forme, assure des fonctions d’échanges entre les individus. Plus globalement il participe aux relations et à l’enrichissement des nations. En Suisse comme ailleurs, et peut-être plus qu’ailleurs, étant donné la position géographique du pays, le commerce a toujours été une activité importante. Du troc au commerce électronique, en passant par le colportage, les marchés, les boutiques, les grands magasins et les supermarchés, les individus dialoguent et commercent, afin de satisfaire leurs besoins et leurs désirs. 

Lire la suite

Tourisme d'hiver à risque

1210901-300x185.jpgLe tourisme est une activité économique importante en Suisse. Il est source de revenus et pourvoyeur d’emplois: la demande touristique directe est responsable pour près de 3% du PIB suisse et le secteur emploie environ 170000 équivalents plein-temps. Néanmoins, son importance découle avant tout du rôle qu’il joue dans les régions de montagne.

Lire la suite

Friches urbaines

aménagement du territoire,densification urbaine,emmanuel rey,friche urbaine,sophie lufkin,territoire urbain,urbanismeL’observation des territoires urbains contemporains fait apparaître un paradoxe singulier. Si les politiques publiques s’efforcent de freiner la consommation de sol et les pressions sur le paysage par la promotion de stratégies visant à juguler l’étalement urbain, un stock considérable de terrains situés au cœur des villes et des agglomérations n’en demeure pas moins à l’abandon. Ces friches urbaines, qui abritaient auparavant des activités industrielles, ferroviaires, militaires ou infrastructurelles, offrent pourtant de précieuses réserves de terrains constructibles. Selon certaines estimations récentes, ces ressources non valorisées ne représenteraient pas moins de 2500 à 3500 hectares. En d’autres termes, cela signifie qu’une surface équivalant au double de la superficie d’une ville comme Genève sommeille actuellement au cœur des territoires urbains en Suisse.

Lire la suite

13/10/2015

La transition énergétique en Suisse

18859844-fresh-thinking-with-an-illuminated-light-bulb-emerging-by-melting-away-from-an-ice-cube-as-a-creativ.jpgLa volonté politique est tangible et mesurable. Depuis le milieu des années 1970 et la crise pétrolière, la recherche de nouveaux modes de production et la garantie de l’approvisionnement constituent les paramètres de la politique énergétique suisse. Au tournant du millénaire, l’utilisation rationnelle de l’énergie et la promotion des énergies indigènes et renouvelables ont été inscrites dans la législation. Le programme SuisseEnergie et le label « Cité de l’énergie » ont été institués dans cette optique.

Lire la suite

25/08/2015

Le modèle d'évaluation suisse

12982050-hand-with-thumb-up-gesture-in-colored-swiss-national-flag-as-symbol-of-excellence-achievement-good--.jpg«Le corps représentant ne doit pas être choisi [...] pour prendre quelque résolution active [...] mais pour faire des lois, ou pour voir si l’on a bien exécuté celles qu’il a faites, chose qu’il peut très bien faire, et qu’il n’y a même que lui qui puisse bien faire.» Montesquieu

Lire la suite

Jean-Pierre Dresco

5146290-old-city-on-rainy-day--lausanne-switzerland-lake-geneva-lac-leman--fountain-and-sailboats.jpgTrois décennies d’engagement au service de la collectivité: c’est en ces termes qu’on pourrait qualifier l’essence de l’action publique de Jean-Pierre Dresco, considérée comme le reflet d’une période où toute une génération d’architectes remet progressivement en cause les bienfaits du progrès et de la modernité, et envisage son métier sous un angle éthique, social et économique.

Lire la suite

21/08/2015

Le franc suisse, l'histoire d'un succès

francs-suisses.jpgL’histoire monétaire et financière est une partie passionnante de l’histoire économique, étroitement liée aux processus politiques et sociaux généraux déterminant l’évolution d’un pays ou d’une région. Cela est également vrai pour l’histoire économique et financière de la Suisse moderne.

Lire la suite

11/05/2015

Suisse-UE

16523616-human-face-painted-with-flag-of-european-union.jpgL’histoire semble se répéter depuis plus de 65 ans. Au fond, une majorité de Suisses ne veut pas adhérer à l’Union européenne. Et pourtant, la Suisse refuse une marginalisation. Donc la trame de la relation Suisse-UE se résume à une seule formule: adhésion improbable, marginalisation impossible. Le plus étrange est qu’à chaque fois on semble le redécouvrir. Le sujet est néanmoins plus spectaculaire et plus paradoxal qu’il n’y paraît à première vue. Effectivement, le cas de la Suisse est loin d’être banal. Il s’agit du seul pays européen d’importance qui refuse de manière constante une adhésion à l’Union européenne.

Lire la suite