09/11/2016

Regard suisse : La Restauration de 1814

Le gateau des Rois, Congrès de vienne 1815.jpegLa Restauration, bien des images y sont associées. Dans son sens politique, ce terme sert surtout à désigner le retour de la dynastie des Stuart sur le trône britannique, à la fin du XVIIe siècle. Après la révolution et l'empire, le terme est utilisé pour évoquer le rétablissement des bourbons et l'époque de règne qui s'ensuit (1814-1848, ou 1830 seulement). Qu'en est-il en Suisse en 1914 ? Après des années d'occupation française, après la première chute de Napoléon, qu'en est-il de l'acte de médiation ? Peut-on parler de Restauration de la Suisse et de ses principes ?

Lire la suite

01/11/2016

Repenser l'immigration

Réfugiés - Europe 1.jpgSi nous pouvions tout remettre en question, devrions-nous conserver des règles du jeu migratoire similaires à celles que nous connaissons aujourd’hui ? Et sans savoir à quoi ressemble notre futur lieu de vie ou la couleur de notre passeport, devrions-nous accorder une valeur plus importante à la liberté de migrer ?

Lire la suite

25/10/2016

L'Europe, gardienne de la paix ?

Entête.pngDe tout temps, la question de la paix a accompagné le discours sur la construction européenne. Mais est-ce vraiment le cas ? Car si le discours est louable, l'Europe ne s'approprie-t-elle pas les méritent d'autres circonstances ? Et si l'Europe n'a pas été créée par et pour la paix, quel en est l'origine ?

Lire la suite

12/05/2016

Les relations Franco-Suisses

Franco-suisse2.jpgOn connaît l’importance des relations qu’entretiennent la Suisse et la France depuis des siècles. Néanmoins, il convient de garder à l’esprit que ces relations de voisinage sont tardives. Il faut, en effet, attendre le 16e siècle pour que le royaume de France possède une frontière commune avec la Suisse, entre Genève et Vaud, grâce au traité de Lyon (17 janvier 1601). C’est la fin du conflit séculaire entre la France et l’Angleterre en 1453 qui permet aux Français de « s’intéresser davantage à la frontière orientale du royaume et à plus longue échéance, d’exercer une très forte influence sur la Confédération». La cour de France devient ainsi progressivement le principal acteur de la diplomatie internationale en Suisse à l’époque moderne.

Lire la suite

29/10/2015

Groupes d'intérêt et politique

121110-300x225.jpgLongtemps, le directeur du Vorort, ancêtre d’Economiesuisse, a été qualifié de «huitième conseiller fédéral»; jusque durant la période d’après-guerre, il disposait d’ailleurs de son propre bureau dans les bâtiments de l’administration fédérale. En 2014, la principale organisation patronale désignait pour la première fois une femme comme directrice générale.

Monika Rühl était l’ancienne secrétaire générale du Département fédéral de l’économie sous les ordres du conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, lui-même ancien vice-président d’Economiesuisse jusqu’à son élection au Conseil fédéral en 2010. A la fin du 19e siècle, Arnold Eichmann, premier secrétaire permanent du Vorort, faisait quant à lui «le chemin inverse» en étant nommé premier directeur de la Division du commerce (ancêtre du Secrétariat d’Etat à l’économie, SECO), responsable des relations commerciales de la Suisse.

Lire la suite

25/08/2015

Le modèle d'évaluation suisse

12982050-hand-with-thumb-up-gesture-in-colored-swiss-national-flag-as-symbol-of-excellence-achievement-good--.jpg«Le corps représentant ne doit pas être choisi [...] pour prendre quelque résolution active [...] mais pour faire des lois, ou pour voir si l’on a bien exécuté celles qu’il a faites, chose qu’il peut très bien faire, et qu’il n’y a même que lui qui puisse bien faire.» Montesquieu

Lire la suite

11/05/2015

Suisse-UE

16523616-human-face-painted-with-flag-of-european-union.jpgL’histoire semble se répéter depuis plus de 65 ans. Au fond, une majorité de Suisses ne veut pas adhérer à l’Union européenne. Et pourtant, la Suisse refuse une marginalisation. Donc la trame de la relation Suisse-UE se résume à une seule formule: adhésion improbable, marginalisation impossible. Le plus étrange est qu’à chaque fois on semble le redécouvrir. Le sujet est néanmoins plus spectaculaire et plus paradoxal qu’il n’y paraît à première vue. Effectivement, le cas de la Suisse est loin d’être banal. Il s’agit du seul pays européen d’importance qui refuse de manière constante une adhésion à l’Union européenne.

Lire la suite

12/02/2014

L'immigration en Suisse: 60 ans d'entrouverture

Les cantons de Zurich, Bâle, Berne, Genève, Vaud, Argovie et Saint-Gall soit deux tiers de la population actuelle du pays… Voilà à quoi se réduirait la Suisse si aucun flux migratoire international ne s’était produit au cours des six dernières décennies. Un tiers de la population est en effet, directement ou par l’un de ses deux parents, issu de la migration. Un quart est né à l’étranger.

Lire la suite

15/12/2013

La montagne suisse en politique

La Suisse est un petit pays de grandes montagnes. Les faits s’imposent avec la force des évidences indiscutables, même si tout n’est pas montagne dans ce petit pays, loin de là.Ces montagnes étaient là bien avant que la Suisse existe et il a fallu faire avec elles des siècles durant. Toutefois, malgré cette évidence, là n’est pas la principale singularité de la Suisse. Après tout, de nombreux pays dans le monde sont aussi faits de montagnes, parfois plus abondantes et plus hautes encore. Ce qui frappe en Suisse, et ce qui en constitue une des spécificités, c’est surtout l’importance politique de la montagne.

Lire la suite

28/10/2013

Concepts innovants dans le secteur public

Le management public est souvent confronté à une question délicate : s’agit-il véritablement d’une nouvelle approche de la gestion des institutions publiques ? La transposition de nouveaux outils de direction aux organismes publics est parfois considérée comme une approche impérialiste des concepts de gestion d’entreprise.

Le point de vue de la gestion d’entreprise est néanmoins justifié car, en fin de compte, qu’est-ce qui différencie une institution publique d’une entreprise privée dans l’accomplissement de ses tâches ? Toutes deux doivent faire face à un environnement aux ressources limitées qu’elles engagent de manière effective, efficiente et responsable dans le but de remplir leurs tâches avec les personnes et les moyens disponibles, quand bien même elles disposent de mécanismes de gestion différents. Les premières tentatives de pilotage des administrations étatiques, orientées vers les résultats et les prestations fournies, remontent au milieu du XXe siècle. Divers systèmes de planification et de gestion visant à accroître l’efficience et l’effectivité de l’action administrative se développèrent les décennies suivantes.

Lire la suite

15/09/2013

L'administration publique suisse: Un manuel

L’administration publique a acquis une grande importance au cours des trente dernières années en Suisse, dans un contexte de développement et de spécialisation du secteur étatique. Parallèlement, les sciences administratives sont devenues un domaine de recherche interdisciplinaire bien établi dont l’un des enjeux est de répondre à la demande croissante de connaissances en matière d’organisation et de réforme de l’administration suisse.

Lire la suite

Etat des lieux de la politique d'immigration suisse

Les cantons de Zurich, Bâle, Berne, Genève, Vaud, Argovie et Saint-Gall soit deux tiers de la population actuelle du pays… Voilà à quoi se réduirait la Suisse si aucun flux migratoire international ne s’était produit au cours des six dernières décennies. 

Un tiers de la population est en effet, directement ou par l’un de ses deux parents, issu de la migration. Un quart est né à l’étranger.

Lire la suite

08/09/2013

Le "non" de la Suisse à l'Europe Communautaire

Le 6 décembre 1992, un vote populaire a exprimé le refus de la Suisse d’adhérer à l’Espace économique européen. Ce fut en vérité le « non » de la Suisse à l’Europe communautaire. Vingt ans plus tard, l’échec paraît beaucoup moins étonnant que le succès relatif : il ne s’est en effet fallu que de 20000 voix pour que le peuple dise oui, et à 60000 voix près, la majorité des cantons, également requise, aurait pu être atteinte.

Lire la suite

04/09/2013

L'initiative et le référendum:Les armes démocratiques du peuple suisse

Aucun pays n’accorde à ses citoyens autant de droits politiques que la Suisse. Ce livre révèle en quelles circonstances furent octroyées au peuple ces puissantes armes démocratiques que sont l’initiative et le référendum.

Lire la suite

01/09/2013

Les enjeux de l'aménagement du territoire

Les questions d’aménagement du territoire et leurs enjeux sont toujours plus nombreux et importants. La multiplicité des acteurs et des institutions qui interviennent, la diversité de leurs intérêts et de leurs moyens, ainsi que celle des échelles et des périmètres de leurs actions génèrent des situations de plus en plus complexes.

L’explosion de la mobilité ne fait qu’accroître cette complexité, alors que le développement d’une culture de la participation plaide pour des approches concertées.

Lire la suite

16/07/2013

La transparence: Etat des lieux en Suisse et dans le monde

corruption-chine-300x213.gif?16fe88Qui s’oppose aujourd’hui à la transparence dans la conduite des activités de l’Etat? Pratiquement personne tant le concept est intrinsèquement connoté positivement et sa négation presque toujours associée au secret, à l’opacité et par là à la corruption et à certaines formes d’obscurantisme.

La transparence est devenue aujourd’hui incontournable et elle est de plus en plus considérée comme un droit fondamental: celui d’être informé (obligation pour l’Etat d’informer de manière active) et celui de pouvoir s’informer (obligation pour l’Etat de rendre publique l’information dont il dispose). Plusieurs raisons justifient que l’Etat et son administration travaillent de manière transparente.

Lire la suite

23/11/2012

Le « Sonderfall » entre obsolescence et obstination

> Interview de René Schwok

14755791-switzerland--circa-1957-stamp-printed-by-switzerland-shows-who-emblem-circa-1957.jpgCette étude porte sur la politique extérieure de la Suisse depuis la fin de la Guerre froide. Sa problématique principale est une évaluation du Sonderfall helvétique. Est-il en voie d’obsolescence ou plus obstiné que jamais ?

Le « Sonderfall suisse » – de l’allemand Sonder désignant ce qui est séparé – se réfère à l’observation que la Suisse constitue un « cas particulier ». En politique extérieure comparée, cette formulation, quoique souvent floue, cherche surtout à relever la capacité de la Confédération à se tenir à l’écart des grands évènements européens : guerres, révolutions, intégration régionale, crises économiques et sociales. Elle vise aussi à souligner ses particularités comme sa neutralité, sa démocratie directe, son fédéralisme et ses spécificités économiques (particulièrement bancaires).

Lire la suite

23/07/2012

Ecrire pour vivre autrement

3080987.image?w=200&h=150«Ce fut à cette époque que je fis connaissance avec la première femme d’un esprit supérieur que j’ai connue, et l’une de celles qui en avait le plus que j’ai jamais rencontrées. elle se nommait Mme de Charrière. C’était une hollandaise d’une des premières familles de ce pays, et qui dans sa jeunesse avait fait beaucoup de bruit par son esprit et la bizarrerie de son caractère.» C’est en ces termes que benjamin Constant relate, dans Ma vie, sa rencontre avec Isabelle de Charrière en mars 1787. Cette rencontre allait donner lieu à une liaison célèbre de l’histoire littéraire entre une dame hollandaise un peu étrange et le très jeune homme qu’est alors Constant : il a vingt ans, elle quarante-sept. Cette «bizarrerie» a de quoi surprendre aujourd’hui encore, et, longtemps en effet, cette liaison a elle-même infléchi la réputation d’Isabelle de Charrière. Constant l’immortalisa non seulement dans son autobiographie mais également dans son roman Adolphe, dans lequel il fait apparaître Isabelle de Charrière sous les traits d’une « femme âgée » à laquelle il accole plus que généreusement l’adjectif « bizarre ».

Lire la suite

30/01/2012

La formule magique mise en cause

8625324-3d-outline-of-switzerland-with-flag.jpgAu cours du 20e siècle, aucun pays démocratique occidental n’a disposé d’un gouvernement aussi stable que la Suisse. Depuis la fin des années 1950 et jusqu’aux années 1990, les élections de son pouvoir exécutif de sept membres, le Conseil fédéral, ont confirmé la même distribution des sièges aux quatre partis politiques qui s’y trouvent représentés. Telle est la « formule » que l’on a pris l’habitude d’appeler « magique ». Pourtant, depuis les années 2000, en particulier depuis 2003, la répartition des sièges ne va plus de soi. Depuis 2008, les partis au gouvernement sont devenus cinq et rien ne nous dit ce qu’il adviendra dans un futur proche. Cet ouvrage s’inscrit dans l’actualité d’un débat scientifique et public – relayé aujourd’hui par des quotidiens comme la Neue Zürcher Zeitung ou Le Temps – qui met en cause la capacité du gouvernement à faire face aux défis de la Suisse contemporaine.

Lire la suite

02/12/2011

La cybersécurité est l’affaire de tous

> Voir le reportage d’Arte

6676709-security-concept-with-businessman-and-hacker-hands-on-laptop-keyboard.jpg

Publié dans La liberté, le vendredi 18 novembre 2011 - Interview de Solange Ghernaouti-Hélie, propos recueillis par Pascal Fleury

Consciente de ses faiblesses, la Suisse prépare une stratégie nationale de cyberdéfense. C’est que la menace est bien réelle. Les explications de l’experte Solange Ghernaouti-Hélie. Ce n’est pas un secret d’État: en cas de cyberattaques massives, la Suisse serait bien démunie.

Pour parer à tout risque de paralysie du pays, le Conseil fédéral a donné la mission au Département de la défense d’élaborer, d’ici à la fin du premier trimestre 2012, une stratégie nationale de cyberdéfense. Un groupe d’experts civils et militaires planche depuis le début de l’année sur un système de milice qui permettrait d’anticiper les dangers et de limiter les dégâts.

Lire la suite