30/08/2018

Le jury du Prix Roberval désigne le meilleur livre de l'enseignement supérieur

gagnant-300x171.jpgLa 30e édition du Prix Roberval s’est achevée, le 16 janvier 2018, par la remise du Prix Enseignement Supérieur à l’Institut de France (Paris 6e) dans la « grande salle des séances ».

Après une cérémonie où science et culture sont harmonieusement mêlées, le Prix Roberval Enseignement Supérieur a été décerné au TGC 18 - Mécanique des sols et des roches - de Laurent Vulliet, Lyesse Laloui et Jian Zhao, publié aux Presses polytechniques et universitaires romandes. Le Prix Roberval 2017 consacre ainsi cette œuvre comme le meilleur livre d'enseignement supérieur en langue française.

vuillet-300x168.jpg

Prix Roberval 2017, catégorie Enseignement supérieur, à l’Institut de France © Académie des Sciences 2018 

 

Le Prix Roberval est un concours international francophone qui récompense des œuvres littéraires, audiovisuelles ou multimédias consacrées à l'explication de la technologie.

La mécanique des sols et la mécanique des roches sont des disciplines généralement traitées séparément dans la littérature.

Pour la première fois, un traité réunit ces deux spécialités, en intégrant également les connaissances en lien avec les écoulements souterrains et les transferts thermiques. A la fois théorique et pratique, cet ouvrage propose tout d’abord une description détaillée de la nature et de la composition des sols et des roches, puis s’attache à la modélisation de problèmes aux conditions limites et présente les essais permettant de caractériser les sols et les roches, tant d’un point de vue mécanique qu’hydraulique et thermique.


La problématique des sols non saturés et des écoulements multiphasiques est également abordée. Une attention particulière est portée aux lois de comportement mécanique et à la détermination de leurs paramètres par des essais in situ et en laboratoire, et l’ouvrage offre également une présentation détaillée des systèmes de classifications des sols et des massifs rocheux, ainsi que du comportement des fondations, des pressions sur les écrans, de la stabilité des pentes et du comportement des cavités souterraines.

Spécifiquement conçue dans un esprit d’ingénierie, cette référence sans équivalent se réfère aux normes les plus récentes, et ceci dans une perspective internationale. Elle s’adresse tout autant aux professionnels de la construction, aux ingénieurs géotechniciens, aux géologues et aux responsables de laboratoires d’essais sur les géomatériaux qu’aux étudiants en génie civil, géologie, mécanique, sciences de la terre, ingénierie des mines, environnement et pédologie.

Toutes nos félicitations aux auteurs, le Professeur Laurent Vuillet, le Professeur Lyesse Laloui et le Professeur Jian Zhao!

>> Pour en savoir plus sur cet ouvrage

Déconstruction: des matériaux qui valent de l'or

12_lr-244x300.pngLe réemploi des éléments de construction est aujourd’hui devenu une ambition dans de nombreuses politiques publiques en matière de gestion des ressources. Les principes d’urban-mining, de métabolisme urbain et de bouclage des flux de matériaux s’installent progressivement dans les esprits et les pratiques, mais de nombreux défis techniques, législatifs, sociaux et culturels freinent encore l’évolution des usages vers un modèle d’économie véritablement « circulaire » pour le secteur de la construction.

Le réemploi, une pratique utilisées depuis des milliers d'années

Durant des siècles, les pratiques de réemploi des matériaux étaient omniprésentes dans le secteur du bâtiment.

À l’époque où le transport prenait du temps et dépendait de sources d’énergie humaine et animale, tout ce qui était à portée de main était bienvenu. Les édifices désaffectés faisaient office de carrières de matériaux pour la construction ou l’ornementation. Les blocs de pierre pouvaient être redécoupés, les briques réemployées telles quelles, le bois de charpente scié et redimensionné, l’acier et le bronze fondus et réutilisés.

te%CC%81le%CC%81chargement-2-300x127.jpegDe hauts niveaux de réemploi, de recyclage et d’autres formes de valorisation ont ainsi existé depuis les temps les plus reculés. Les archéologues qui étudient Stonehenge, par exemple, ont montré que les mégalithes qui forment cet ensemble ont été taillés des centaines d’années avant que les travaux ne commencent sur le site actuel. Ils ont émis l’hypothèse que ces pierres avaient d’abord été utilisées dans une structure plus proche de la carrière d’origine. Ces découvertes prouvent que Stonehenge est, selon leur formule, « un monument de seconde main »

Le 20e siècle signale une rupture soudaine dans ce domaine.

Basculement des pratiques

En 1910, à Bruxelles, un chantier en particulier fait retentir une note discordante au sein des procédures qui semblaient couler de source depuis un siècle au moins. Il s’agit de la caserne Sainte-Elisabeth, un ancien couvent occupant tout un îlot de la Rue des Sables. Lors de la mise en adjudication pour la démolition de cet édifice, l’adjudicataire a eu la mauvaise surprise de constater que les prix remis par les entrepreneurs soumissionnaires pour le rachat des matériaux ne permettaient même pas de financer le démantèlement.

En peu de temps, beaucoup de choses ont changé. L’augmentation de la pression foncière est l’un de ces facteurs. Le temps mais aussi l’espace disponibles de- viennent des facteurs importants. On voit également poindre une situation plus congestionnée. L'évacuation d'un important volume de matériaux devient problématique, tout comme le fait de prévoir la place pour une installation temporaire de nettoyage des briques ou de stockage des matériaux.

Dans les grandes métropoles du monde, un basculement important est en train de s’amorcer. Jusqu’alors, les démolitions étaient un poste du chantier qui rapportait de l’argent. Elle deviennent progressivement un poste qui augmente les coûts du chantier. Cette transformation connaît une accélération soudaine dans le contexte frénétique d’emballement économique qui précède le crash boursier de 1929.

L'exemple de New York

Vers 1920, écrit Byles, le démantèlement des bâtiments à New York était encore largement réalisé par des ouvriers professionnels.

te%CC%81le%CC%81chargement-5.jpegMais vers la fin des années 1920, de telles pratiques tendent à disparaitre du paysage new-yorkais. Byles décrit à ce propos le chantier de démolition de l'hôtel Majestic en 1929. Situé le long de Central Park, les promeneurs peuvent assister pendant quelques semaines, non sans un certain effroi, à des scènes violentes où des ouvriers démolissent à la masse des salles de bains en marbre et brisent volontairement des fenêtres pour jeter les gravats directement versés dans la mer et l'intérieur de l'hôtel en bois de rose, en acajou ou en noyer noir sont évacués comme bois de chauffage.

Les entrepreneurs en démolition vivent alors sous la coupe d'un nouveau régime : celui du système des pénalités de retard et des bonus pour une démolition achevée avant le délai. Ces primes et pénalités élevées font émerger une nouvelle figure de démolisseur : les champions de la vitesse.

Les bouleversements décrits ci-dessus ont la ville de New York pour décor. Mais ces transformations des pratiques de démolition se répercutent également dans nos contrées. Les nouvelles méthodes de travail et les nouveaux outils qui com- posent l’arsenal des démolisseurs voyagent rapidement d’un côté à l’autre de l’océan.

Le réemploi mis à mal à la fin des années 1900

te%CC%81le%CC%81chargement-1.jpegL’augmentation de la pression foncière propre aux zones urbaines denses a également poussé les propriétaires à effectuer les travaux de transformation de leurs biens le plus rapidement possible. Dans un contexte où le prix des loyers est largement supérieur à celui de la matière, il n’y a pas – ou peu – d’incitants poussant les propriétaires à mettre en place des mécanismes de récupération et de revente.

Le rôle des autorités publiques a également connu des transformations importantes. Nous avons montré comment, jusqu’à la fin du 19e siècle, celles-ci pouvaient stimuler une forme d’entrepreneuriat via l’organisation de ventes publiques de leur patrimoine matériel voué à l’évacuation. De tels mécanismes ne fonctionnent bien sûr que dans un contexte où ces opérations offrent une promesse de rentabilité.

Cet article traitant de l'historique du réemploi des matériaux issus de démolition n'est qu'une courte introduction au livre présenté ci-dessous, comprenant quant à lui une analyse complète .

>> Commandez dès à présent votre ouvrage

978-2-88915-239-1-211x300.jpgPour en savoir plus : Rassemblant des chercheurs et des concepteurs spécialisés dans les questions d’économie matérielle, ce livre présente ici un état des lieux sans précédent du réemploi des matériaux de construction. Il expose les obstacles qui subsistent, les solutions permettant d’y remédier, illustre le propos d’exemples remarquables et replace cette pratique dans sa dimension historique. Fruit d’une expérience internationalement reconnue, notamment dans le cadre de Rotor Deconstruction, entreprise active dans la valorisation d’éléments de construction de réemploi, cette référence fait également le point sur les dimensions et les perspectives économiques de cette pratique.

Extrait du titre Déconstruction et réemploi
De Michaël GhyootLionel DevliegerLionel Billet et André Warnier
Collection Architecture 
Publié aux Presses Polytechniques et Universitaires Romandes (PPUR)

30/09/2017

Vent et dynamique des structures

te%CC%81le%CC%81chargement-2.jpegLa dynamique des structures est un champ d’expertise dont la maîtrise est désormais indispensable pour tout projet de construction. Le développement de structures toujours plus légères et élancées impose en effet à l’ingénieur civil d’en connaître les principes, tout comme ceux du génie parasismique. 

Lire la suite

29/09/2017

Séisme et dynamique des structures

te%CC%81le%CC%81chargement-1-2.jpegLa dynamique des structures est un champ d’expertise dont la maîtrise est désormais indispensable pour tout projet de construction. Le développement de structures toujours plus légères et élancées impose en effet à l’ingénieur civil d’en connaître les principes, tout comme ceux du génie parasismique. 

Lire la suite

25/07/2017

Tout savoir sur le "droit de la construction

te%CC%81le%CC%81chargement-3-3.jpegTous les professionnels de la construction s’en sont rendu compte, construire est devenu un véritable parcours du combattant, en raison des multiples réglementations et procédures qui s’y appliquent. Ces règles ne concernent plus seulement l’ouvrage lui-même et ses caractéristiques techniques (police des constructions), mais elles régissent également son incidence spatiale (aménagement du territoire), son équipement (voies d’accès et canalisations), les nuisances qui en résulteront (lors de la construction ou pendant son exploitation) ainsi que la compatibilité avec son environnement naturel ou construit

Lire la suite

24/07/2017

Le bois, matériau modernisé

Sans-titre3-1-300x219.jpgLa construction en bois s'est fondamentalement modernisée. Elle a gagné d'importantes parts de marché sur celles des matériaux de construction concurrents. Elle est aujourd'hui dominée par les systèmes de construction à ossature en bois massif. Chaque bâtiment en bois est défini par sa structure. Il est donc essentiel d'en maîtriser toutes les subtilités, de la conception jusqu'à la mise en oeuvre.

Lire la suite

19/07/2017

Le management de la construction

te%CC%81le%CC%81chargement-4-1-300x138.jpegLa formation des architectes et des ingénieurs met principalement l’accent sur les aspects qualitatifs du métier, parfois au détriment des connaissances en lien avec la gestion du projet de construction. La maîtrise du budget, l’organisation des appels d’offres, la gestion des délais ou les questions de droit font néanmoins partie intégrante des nombreuses prestations que se doit d’assurer tout constructeur vis-à-vis de son client.

Lire la suite

18/07/2017

Faire la vile par le projet

images-1-300x144.jpegA l’heure où le domaine de l’urbanisme entend monter en puissance dans la pensée des sciences humaines et sociales, la notion de projet se pose avec acuité et prend véritablement toute son ampleur. Sans doute n’est-ce pas un hasard, puisque le projet au sens étymologique du latin projectus «jeter quelque chose vers l’avant» permet de porter un regard sur la toile de fond afin de dessiner les environnements habités propres à nos milieux de vie.

Lire la suite

06/06/2017

Les infrastructures routières suffisent-elles ?

photo.jpgIl aura fallu attendre près de 2000 ans après que le réseau étendu des voies romaines soit terminé pour découvrir un traité général consacré aux sciences de la route. La route et l’ensemble de la problématique des voies de circulation évoluent dans un monde en constante rupture, par exemple avec l’imminente arrivée des véhicules autonomes, l’ubérisation des tâches, le réchauffement climatique... La mobilité durable quant à elle, est devenu un sujet universel de préoccupation permanente. Par conséquent les enjeux de la route sont considérables, aussi bien en matières technique qu’économique. 

Lire la suite

15/02/2017

Charpente métallique

Entête.png« L’évolution de la construction des charpentes métalliques fut étroitement liée à l’extension des villes. Il est notoire que pendant cette première moitié de XXe siècle, la population afflua de plus en plus vers la ville. Mais plus celle-ci s’étendait, plus les quartiers des affaires avaient tendance à se rassembler au centre de la ville, ce qui obligea, vu le prix élevé du terrain, à construire en hauteur. D’autre part, on s’efforça de réunir dans le même bâtiment les bureaux et les magasins. Pour remplir cette condition, il fallut utiliser au mieux l’espace disponible, c’est-à-dire non seulement construire en hauteur, mais également diminuer le plus possible l’épaisseur des murs, parois, plafonds et piliers. Ces nouveaux problèmes ont été résolus par le bâtiment à étages multiples où la construction massive est remplacée par une construction à ossature. L’acier révéla alors ses nombreux avantages à tel point que l’ossature métallique fut très appréciée pour la construction de grands bâtiments commerciaux. » - Brochure VSB.

Lire la suite

13/02/2017

Le Contrôle Non Destructif

Traitement de surface.jpegLe Contrôle Non Destructif (CND) regroupe une grande diversité de méthodes ayant pour but de contrôler un objet sans le modifier. Le CND doit donc déterminer, avec des moyens appropriés, si un produit est conforme ou non à des spécifications ou exigences préétablies, et doit se conclure par une décision sans ambiguïté. Les besoins industriels actuels sont énormes, dans des domaines extrêmement variés : nucléaire, aéronautique, pétrochimie, automobile, ferroviaire, alimentaire, etc. Cette activité est ainsi devenue incontournable au cours des dernières années.

Lire la suite

12/10/2016

German Concrete

Entête.pngAround the turn of the 19th century, the culture of the Enlightenment, alongside the emerging needs for modernisation and industrialisation, give rise to a particular interest in technical aspects of construction. Originating in the scientific, mathematical and technical approach to architecture that several theoreticians of the Enlightenment promoted, this becomes stronger in the late 18th century through the unification and modernisation processes by which Germany is evolving from being an aggregate of several backward states and small political entities still based around medieval forms of administration and an agriculture-based economy into a united, modern and industrialised country.

Lire la suite

01/07/2016

The rethoric of Pier Luigi Nervi

Pier Luigi Nervi.jpgPier Luigi Nervi was born in Sondrio on 21 June 1891. After finishing high school in Ancona, he moved to Bologna in 1908. Despite a passion for aeronautics, mechanics and chemistry, he opted for a course in civil engineering at the Regia Scuola di Applicazione per Ingegneri of Bologna under the guidance of professor, engineer and entrepreneur Attilio Muggia. He graduated in 1913 after completing a design for a small villa. That same year, Muggia hired him to work at his Bologna-based Società Anonima per Costruzioni Cementizie, a company Muggia had set up in 1908 together with the engineer Leone Poggi.

Lire la suite

Mécanique des sols et des roches

Capture d’écran 2016-06-30 à 16.13.15.pngLa mécanique est une branche de la science qui étudie les déformations et les mouvements des systèmes matériels en relation avec des forces. Dans cet ouvrage, il sera fait appel en particulier à la mécanique newtonienne, dite aussi mécanique classique, qui traite de l’étude cinématique, statique et dynamique d’un système matériel et, en particulier, celle qui traite d’un système complexe (mécanique générale). Les domaines concernés sont par exemple la cinématique, les lois du mouvement de Newton, la mécanique analytique, la mécanique des fluides, la mécanique du point matériel, la mécanique du solide, et la mécanique des milieux continus.

Lire la suite

21/04/2016

Territories of Urbanism

concepts of urbanists,conceptual shifts,elementary landscapes,epfl press,paola vigano,phantom of porosity,rethinking urbanism,territories of urbanism,urbanistsIn past years, with the terms descriptive, representative, or demonstrative project, I have attempted to indicate three main families of positions, whose presence I could recognize inside a wide-ranging debate (VIGANÒ 1994). These families made reference to three fundamental project dimensions, three unavoidable and omnipresent dimensions whose intensity, however, can vary remarkably in different moments, and from project to project: the descriptive, representative and demonstrative dimensions. At the start of the 1990s, the debate was mostly skewed towards the first two.

Lire la suite

11/12/2013

Corrélations en mécanique des sols

Ce manuel trilingue, français, anglais et allemand, a pour objectif de procurer aux ingénieurs en génie civil une solution simple et éprouvée pour évaluer (lorsque les essais en laboratoire sont inexistants ou insuffisants) ou pour contrôler les valeurs de calcul des propriétés des sols au moyen de corrélations. Cette méthode de contrôle ou d’évaluation des caractéristiques des sols utilisées dans les projets de construction est prescrite par l’Eurocode 7, la norme européenne de dimensionnement des fondations et ouvrages en terre et souterrains.

Lire la suite

26/11/2013

Matériaux: Ingénierie, science, procédé et conception

Les ingénieurs fabriquent des objets. Ils les fabriquent à partir de matériaux. En fonction de l’application souhaitée, ces matériaux doivent être capables de supporter des charges mécaniques, d’isoler ou de conduire la chaleur et l’électricité, de produire ou de repousser un champ magnétique, de transmettre ou de réfléchir la lumière, de survivre dans des environnements souvent hostiles, et tout cela sans nuire à l’environnement ni coûter trop cher.

Lire la suite

21/11/2013

Théorie eulérienne des milieux déformables

Il est d’usage général de décrire l’évolution des liquides dans un système de coordonnées d’Euler, de transcrire l’évolution des solides continus déformables à l’aide d’un système de coordonnées de Lagrange et d’utiliser diverses géométries différentielles pour décrire les défauts topologiques dans les solides.

Lire la suite

14/11/2013

History of Bridge Construction

The first bridges with a structure of load-bearing iron elements were suspension bridges. The idea of a suspended bridge is extremely old; the first known footbridge, using suspension chains, was constructed in China around 65 A.D. However, until the end of the 18th century, very few bridges were constructed from metal. The weight of the chains limited spans to around 20 m, and only the invention of chains made of articulated iron bars, known as eye bars and patented in England in 1817, allowed spans to substantially increase. The first important suspension bridge by the Englishman, Telford, was constructed over the Menai Straits in 1826 and is noteworthy for achieving a record span of 176 m. This bridge is still in service, the original iron chains having been replaced by articulated steel bars in 1938.

Lire la suite

10/11/2013

Comment dimensionner une structure en bois?

La forêt et le bois occupent dans la société une place toujours croissante, en réponse, notamment, aux préoccupations relatives au climat, à la biodiversité et à l’énergie. Ainsi le développement constant de la construction en bois fait de ce matériau une alternative qui mérite d’être envisagée systématiquement. Fruit de cette évolution, la norme SIA 265 adopte aujourd'hui les concepts reconnus des états limites. Il s'en suit une refonte complète des paramètres qui dictaient jusqu’ici le dimensionnement.


Pour l'ingénieur profane comme pour l'étudiant, il est alors parfois mal aisé de faire son chemin dans les règles à prendre en compte, car celles-ci figurent en partie sous des articles épars. 

 

Lire la suite