28/08/2018

Google, l'omniscience incarnée

t%C3%A9l%C3%A9chargement.jpgGrace à Google, nous trouvons réponse à nos questions immédiatement, ce qui nous assure une forme de tranquillité. Google nous met même en évidence la meilleure réponse : voilà ce que vous devez savoir, en gros caractères, au cas où vous seriez en train de paniquer.


 

Les prières à Google, reçoivent toujours une réponse. Le moteur de recherche offre son savoir à chacun, toutes origines et tous niveaux d’éducation confondus. Si vous avez un smartphone (comme 88 % des consommateurs) ou une connexion internet (40 %), toutes vos questions peuvent trouver une réponse.

t%C3%A9l%C3%A9chargement-2.jpgLes êtres humains ne lèvent plus le regard au ciel, mais le baissent vers leurs écrans 3,5 milliards de fois chaque jour. Et nous ne serons pas jugés pour avoir posé une mauvaise question. Des questions pour comprendre l'actualité "Qu'est-ce que le Brexit ?", chercher le restaurant pour notre diner "Meilleurs burgers Lausanne" ou encore nos problèmes intimes "Comment maintenir son couple en vie ?".

Les réponses à nos questions apparaissent de façon mystérieuse. Les algorithmes de Google, qui font œuvre d’intervention divine aux yeux de la plupart d’entre nous, proposent des tonnes d’informations utiles. La firme de Mountain View répond aux questions triviales ou importantes qui nous empoisonnent la vie.

La confiance totale envers Google

t%C3%A9l%C3%A9chargement-3.jpgLa confiance que nous avons en Google est inégalée. Google est clairvoyant, tient un décompte de nos pensées et de nos intentions. Avec nos recherches, nous confessons des choses à Google que nous ne partagerions pas avec notre prêtre, notre rabbin, notre mère, notre meilleur ami, ou notre médecin.

Google se permet de jouer sur deux tableaux : les résultats de recherche naturels garantissent sa neutralité, alors que les contenus commerciaux lui permettent d’engranger des revenus publicitaires. Et personne ne s’en plaint.

La confiance que nous octroyons est du aux facteurs déterminants qui étaient sa page d’accueil d’une simplicité élégante et le fait que les annonceurs ne pouvaient pas influencer les résultats naturels (référencement naturel).

Ces deux caractéristiques peuvent ne pas sembler importantes deux décennies plus tard, mais à l’époque, elles constituaient une révélation. Google a eu beaucoup à faire pour créer la confiance. Sa page d’accueil, colorée mais épurée, indiquait, même à l’utilisateur le plus néophyte : « Allez-y, entrez tout ce que vous voulez savoir. Il n’y a pas subtilité à connaître et aucune expertise à avoir. Nous nous occuperons de tout. » D’autre part, lorsque les utilisateurs se rendaient compte qu’ils obtenaient la meilleure réponse, et non celle pour laquelle les annonceurs avaient payé le plus cher, il étaient comblés.

images.jpgUn lien de confiance s’est créé ; il dure maintenant depuis une génération et a fait de Google le membre le plus influent des Quatre.

Google, contrairement a certains moteurs de recherches concurrents garde sa page d'accueil inviolée : elle est réservée à la seule recherche, à ceci prêt des Google Doodles, animations d'intérêts publics de son logo.

Quel que soit le montant, aucun annonceur ne peut acheter un espace sur la page d’accueil de Google. Ce moteur de recherche a anticipé le besoin d’une économie de la confiance à l’ère d’internet et a contribué à la créer.

Google et l'Europe

t%C3%A9l%C3%A9chargement-4.jpgLa domination du marché par Google est telle qu’il court constamment le risque d’être mis en examen pour abus de position dominante aux États-Unis et à l’étranger. L’Europe semble éprouver une animosité particulière envers l’entreprise et l’a déjà poursuivie à quatre reprises depuis 2015, et la Commission européenne l’a accusée de concurrence déloyale. Raflant 90 % de parts du marché des recherches en ligne en Europe et n’ayant pas son QG sur le territoire européen, Google est (légitimement) une cible tout indiquée pour les personnes en charge de la réglementation du marché.

Google a divinement répondu aux griefs récemment formulés à son encontre : « Nous croyons que nos innovations et améliorations de produits ont offert plus de choix aux consommateurs européens et stimulé la concurrence. »

Google, une firme dure a suivre

t%C3%A9l%C3%A9chargement-5.jpgAu troisième trimestre de 2016, Google a été capable d’augmenter ses recettes de 23 % cette même année et, chose essentielle, de baisser ses tarifs auprès des annonceurs de 11 %. La punition fut la même pour tous les acteurs du marché, du New York Times à Clear Channel Outdoor : un concurrent avait baissé ses prix de 11 %. Et la parole d’évangile, c’est que Google excelle dans son activité et qu’il n’est pas désespéré du tout.

Le reste de l’industrie des médias, hormis Facebook, a du mal à suivre Google.

Google a tendance à tirer les prix vers le bas, et non vers le haut. La majorité des firmes grand public fait l’inverse. Elles consacrent beaucoup de temps à essayer de calculer le prix maximum qu’elles peuvent facturer, et s’emparent de l’intégralité des marges liées à la valeur perçue. (Réserver un vol avec retour le jour même ? Pourquoi ? Vous devez être un voyageur d’affaires. Vous n'avez pas le choix ? Payez...). Google fonctionne différemment, ce qui explique qu’il a connu une croissance spectaculaire, année après année.

Il aspire les profits hors de son secteur. Aujourd’hui, la capitalisation boursière extraordinaire de Google est égale à celle des huit plus grandes sociétés de médias combinées. La domination de Google sur son marché est un fait, jusqu'où nous emmenèra ce géant ?

Cet article traitant de Google n'est qu'une courte introduction au livre présenté ci-dessous, comprenant quant à lui une analyse complète de Google, Facebook, Amazon et Apple et de leur impact sur notre monde.

978-2-88915-246-9_medium.jpgPour en savoir plus : Tout le monde croit savoir comment Amazon, Apple, Facebook et Google en sont arrivées là. Tout le monde se trompe. Si les « Quatre » ont déjà fait couler beaucoup d’encre, personne n’a été aussi loin dans l’analyse de leur pouvoir et de leur succès que Scott Galloway. Au lieu de relayer les mythes propagés par ces entreprises, Galloway pose les vraies questions. Galloway dévoile ici les véritables stratégies masquées sous le vernis des apparences. Il montre comment les Quatre manipulent nos besoins émotionnels fondamentaux à une échelle sans précédent. Pour rivaliser ou faire affaire avec eux, ou tout simplement survivre dans le monde qu'ils dominent, il faut avant tout comprendre qui ils sont.

>> Commandez dès à présent votre ouvrage

Extrait du titre The Four. Le règne des quatre
De Scott Galloway
Collection Quanto
Publié aux Presses Polytechniques et Universitaires Romandes (PPUR)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.