25/07/2012

Suburbanité

13868437-architect-with-a-model-of-a-new-housing-estate.jpgDepuis plusieurs années, le suburbain est fortement interrogé par le débat urbanistique et architectural. Né d’un étalement urbain sans limites, il est aujourd’hui au cœur des préoccupations en matière de densification. Ses importantes ressources foncières sous forme d’occlusions agricoles ou sous forme de terrains au bâti parfois clairsemé intéressent les collectivités publiques confrontées à une demande impérative de nouvelles surfaces à bâtir.


La densification du suburbain devient ainsi une problématique à part entière. Il s’agit en effet de densifier des secteurs auxquels un étalement urbain illimité a jusqu’ici épargné cette contrainte. L’aspect diffus du suburbain est dès lors à réinterpréter selon des indices nouveaux de densité. Fortement morcelé par un parcellaire parfois complexe accueillant des activités diverses, sa structure urbaine n’est pas aussi facilement propice à la densification que celle des friches industrielles ou ferroviaires aux vastes terrains. Une stratégie spécifique doit donc être élaborée en tenant compte de ces spécificités.

L’appréciation du suburbain par les professionnels de l’espace diffère souvent de celle des habitants. Pour ceux-ci, il représente un cadre de vie attrayant parce qu’abondamment arborisé et apparemment moins dense que celui des centres urbains ; la proximité de ces derniers permet en outre d’en avoir les avantages en termes d’emplois, de services, de transports en commun ou d’offre culturelle et éducative. Par contre, l’approche actuelle du suburbain par les professionnels de l’espace relève encore souvent de sentiments mitigés, entre rejet et fascination. Les stratégies de densification du suburbain sont donc confrontées à ces partis quelquefois antagonistes. Les habitants s’opposent souvent à la moindre transformation de leur environnement immédiat tandis que certains professionnels de l’espace tendraient à effacer toute trace de l’histoire récente des sites investis. Cet ouvrage cherche à mettre en avant les qualités d’interventions qui ont été aptes à densifier le suburbain sans partir de la logique de la table rase.
Les vastes questions aujourd’hui soulevées par le suburbain sont abordées selon deux thématiques dans cet ouvrage : l’évolution de sa perception par les architectes ; la production de logement collectif consécutive à une politique de densification.

La première partie de l’ouvrage retrace l’évolution, depuis les années 1960, du discours sur le suburbain tenu par quelques figures emblématiques de la discipline architecturale et, au sens large, du discours engagé sur les nouveaux environnements urbains. Elle révèle qu’une appréciation relativement négative laisse progressivement place à des approches variées qui témoignent d’un intérêt grandissant pour ces secteurs. Elle est avant tout basée sur les écrits d’architectes rapportés et transcrits dans la scène théorique helvétique, notamment par les revues spécialisées, principalement archithese et werk, bauen+wohnen, qui ont fourni le corpus d’étude de cette recherche. Plusieurs ouvrages traitant du suburbain ont permis d’en compléter les données.

sub.jpgLa deuxième partie de l’ouvrage traite du logement collectif et de la requalification du suburbain qu’il propose à travers des opérations intervenues durant ces dix dernières années. Il s’avère qu’en venant compléter ou remplacer des bâtiments de première génération, ces édifices réinterprètent leur environnement immédiat et interrogent de façon nouvelle la thématique de la suburbanité. Cette deuxième partie est initiée par des réflexions d’ordre général sur le logement collectif en contexte suburbain, puis elle est articulée autour de six ensembles de logement collectif helvétiques présentés sous la forme d’études de cas.

En conclusion de l’ouvrage, les deux thématiques principales sont mises en résonance de sorte à faire ressortir les liens entre discours théoriques et production architecturale, entre perceptions et réalisations.

La recherche à la base de cette publication a été effectuée de 2005 à 2009 dans le Laboratoire de théorie et d’histoire de l’architecture de l’EPFL. Elle s’est conclue par une thèse de doctorat.

> Pour en savoir plus

 Extrait du titre Suburbanité de Frédéric Frank, préface de Bruno Marchand
Publié aux Presses polytechniques et universitaires romandes

Les commentaires sont fermés.